Les Îles-de-la-Madeleine

Ce lundi 29 Juillet, départ pour les îles de la Madeleine !!! 

Il s’agit d’un petit archipel d’îles Québécoises, dans le golfe du Saint Laurent.

À 1h20 de Saint Pierre et Miquelon

Elles comptent presque 14.000 habitants à l’année longue, répartis dans 8 villages, mais la population grimpe à plus de 80.000 durant la belle saison !!! C’est un lieu de vacance très prisé des québécois, pour ses plages (300km de plages !), la beauté des paysages et sa vie culturelle très riche. La Saint-Trop du Québec si vous voulez !!

Les différentes îles sont reliées par des dunes ou des ponts. Elles sont au nombre de 7 (ou 5 ou 6 selon les sources, un désaccord sur l’unité de certaines d’elles), + 4 petites secondaires. 

L’île d’entrée, habitée par des pêcheurs anglophones (descendants d’écossais et irlandais), est reliée par traversier. 

L’archipel est actuellement en cours de reboisement (25% de sa surface). Le reste de sa formation est dunaire, avec de magnifiques falaises sculptées dans le sable par l’érosion. On trouve également de l’argile et du grès dans ces falaises. 

Elle possède la plus grande centrale thermique d’Amérique du Nord, et des éoliennes seront installées l’année prochaine. Les îles se veulent novatrices et exemplaires sur l’écologie, et œuvrent beaucoup en ce sens. 

Je vous passe les détails historiques, en gros elles ont été : françaises anglaises françaises etc… au fur et à mesure des guerres et traités . Maudits rosbifs !!

Elles sont aujourd’hui composées à 85% de descendants acadiens, culture très présentes, ne serait-ce que pas les drapeaux acadiens fichés fièrement devant les maisons. 

Sa principale richesse a été la pêche, et la chasse au morse (1799, le dernier de la plus grande colonie mondiale a été tué…. !). Aujourd’hui, on y pêche les poissons dont la fameuse morue, les homards, crabes des neiges, … malgré le déclin. 

Le tourisme est donc la nouvelle source de revenus ici. 

Après quelques soucis de santé qui ont failli me coûter mon voyage, je fignole donc mes valises en dernière minute : ça aboutit à un bagage constitué de 7 robes, 5 paires de chaussures, mais comme je suis trop forte et organisée, j’ai réussi à tout porter ! En même temps, les occasions de mettre des robes sont tellement rares, que lorsqu’il y en a une qui pointe le bout de son nez, je suis prête à me changer 4 fois dans la journée :p !

Je décolle donc, pour 1h20 de vol à bord du cessna d’air saint Pierre. Il assure les vols pour cette destination depuis un an maintenant. C’est un vol saisonnier uniquement, deux fois par semaine. L’arrivée est malheureusement nuageuse. 

Je récupère ma voiture louée chez Leblanc (service de location nickel), direction l’auberge où j’ai réservé. (Pas de GPS, mais une carte est suffisante, on se repère très facilement ici !). L’auberge se trouve à l’étang du Nord, « Chez Sam » : super mignonne, l’hébergeuse est adorable, ses filles tout autant, petits déjeuners plus que copieux, de bons conseils pour les visites. Seul le bruit de la voie rapide est embêtant en fin de journée. 

En une semaine, ce sera très difficile de faire le tour de l’archipel !! J’ai essayé de rentabiliser le temps en groupant les visites, il y a plus d’une heure pour passer du Sud de l’île au nord donc il faut tabler par un jour par île, bien que ce soit du rapide et que deux semaines n’auraient pas été de trop !!! 

L’Île d’entrée 

Sandy Hook et havre Aubert en arrière fond, depuis big Hill

30 minutes de zodiaque pour accéder à cette jolie petite île aux airs d’Irlande, aux falaises rouge habitées de cormorans et petits pingouins. J’en profite pour parler au gars qui nous amène, Samuel (avec « excursions en mer »), de la pêche, de la vie aux îles. Les problématiques sont bien semblables à celles de SPM, tout comme la tranquillité de vie (surtout hors saison touristique…). 

On parle longuement de la chasse au phoque : le phoque n’ayant plus vraiment de prédateur, il pullule dans les eaux canadiennes de façon exponentielle. A savoir que c’est un très grand mangeur, et qu’il est en train de faire décliner les bancs de poisson, avec à priori des prévisions scientifiques bien alarmistes à ce sujet. D’où l’intérêt pour eux de continuer à le chasser, même si ça ne suffit pas à réguler. Après, bien sûr, et comme pour toutes les espèces… chasser, oui, mais dans le respect de l’animal… bref, c’était une parenthèse. Coucou Brigitte Bardot, si tu passes par là !

 L’île d’Entrée donc est habitée uniquement par des anglophones (descendants de pêcheurs irlandais et écossais), environ 70 habitants à l’année longue. elle est toute petite, le bétail y paisse librement (mais les cheptels sont en chute libre, la population est déclinante et vieillissante).

J’ai 1h30 sur place pour visiter cette petite île, aux maisons éparses, aux grandes étendues vertes. Je croise plus de touristes (comme moi) que d’habitants, mais l’atmosphère y est très agréable, un peu hors du temps. 

Je monte (beaucoup trop vite, et il fait beaucoup trop chaud) Big Hill, le point culminant de l’île qui offre une vue à couper le souffle. 

Le temps de me manger un petit sandwich frites et il est déjà temps de repartir ! 

Havre Aubert :

Seul île boisée et avec une véritable forêt de l’archipel, c’est aussi la plus vaste. 

C’est là que les premiers acadiens se sont installés, quand ils sont arrivés pour la chasse au morse. De fait, la ville de Havre-Aubert possède à côté de son port le quartier de « la Grave », classé lieu historique : les maisons y sont typiques, l’ambiance familiale et chaleureuse. Les drapeaux acadiens volent à chaque maison, les artisans et artistes ont pignon sur rue, et les animations sont très nombreuses (concerts, concours de chateau de sable, festival acadien, …). 
C’est sûrement l’un des lieux les plus courus par les touristes, mais ça reste agréable d’arpenter le coin. 

Elle donne accès au port et à la Marina où sont les copains du rallye des cousins : on ira donc ensemble au café de la Grave, haut-lieu de rencontre, pour déguster des bons plats d’icitte ! (Spéaghettis aux pétoncles pour moi, mais je gouterais au passage les plats à base de phoque des copains. La viande est forte, mais moins que ce que j’imaginais étant donné la quantité de poissons qu’ils ingurgitent ! C’est tendre et assez bon. Faut juste pas imaginer le petit blanchon trop mignon dans sa tête, mais après tout n’est-ce pas le cas pour l’ensemble des viandes que nous mangeons ?)

Plus à l’Ouest, derrière la ville de bassin, je vais voir l’élevage de wapitis qu’un habitant à fait venir pour vendre leurs viandes… Puis il s’y est attaché et a gardé le cheptel tel quel (ormis un ou deux mâles dominants qu’il a du tuer ). Ils sont en vente, le propriétaire ne pouvant plus s’en occuper, donc il n’y en aura bientôt plus…
Un peu plus loin, petit stop dans une cidrerie familiale, et après une dégustation je repars avec ma bouteille et mes pots de beurre de pommes (beurre, miel, pomme, vanille). Délicieux !!

Enfin, à l’extrémité ouest se trouve un cordon dunaire, la dune de l’Ouest. En face, la dune du havre-au-basque, ce qui forme le grand étang de la Martinique. Ce n’est pas sans rappeler l’isthme de Miquelon-Langlade et le grand barachois, autant au niveau de la végétation que de la faune, le paysage est donc bien familier (même si les températures et l’ambiance diffèrent !). 

Bref, le vendredi soir c’était « apéro des cousins » sur la plage avec l’équipée du rallye, les garçons ont construit un campement 5*, avec le bar et le super feu de camps !! Super soirée, guitare autours du feu et bain de minuit, suivie d’une courte nuit dans la voiture et d’un petit déj autours des braises encore chaudes !! Un petit bain dans la mer (~ 17°C) et cette jolie parenthèse avec les amis s’achève déjà, bien trop vite !! 

Pas de photos de la soirée ou du camp, ça reste entre nous ça 😇🤓

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s